Dis-moi ce que tu veux être

En étudiant ma situation professionnelle pour la 234ème fois de la journée j’en suis venue à quelques constatations :

Premièrement :  ça ne sert à rien de ressasser les mêmes choses 234 fois, 3 ou 4 fois suffisent. J’ai failli ne jamais me remettre d’une surchauffe de cerveau et je vous assure que cela peut être dangereux pour vous mais également pour l’entourage.

Deuxième constatation : on passe bien un quart de notre vie à bosser pour gagner de l’argent (et encore je suis sympa, il faudrait que je jette un oeil sur les études scientifiques à ce sujet . PS : qui a inventé l’expression « jeter un oeil »?) donc cela vaut quand même le coup de se poser quelques questions.

Troisième constatation : l’inaction cause un grave manque de motivation .

 

2bdad75dcf98ed0871d0bef99c1d020b
De mon point de vue, se poser des questions sur le plan professionnel va au-delà de savoir ce qu’on veut faire à savoir : ce qu’on veut être.

Ce qu’on veut dégager comme énergie en se levant pour aller travailler le matin, ce qu’on veut transmettre aux autres, ce que l’on veut continuer d’apprendre. Certains arrivent à vivre d’une passion, est-ce que c’est possible pour tous? Ou est-ce que la stabilité dans un travail qui n’est pas trop contraignant par rapport à notre caractère peut suffire et nous laisser le temps de nous épanouir en règle général?

 

914ee5c6a8971166751cd897bbd88e65

 

D’ailleurs vivre de sa passion peut aussi être contraignant. Je suis justement tombée sur un article ce matin d’une personne qui frôlait le burn out pour la simple raison qu’on adore ce que l’on fait  lorsqu’on est à notre compte mais on peut se mettre la barre très haute et surtout ne pas se laisser de repos même lorsqu’on est soi-disant en vacances. Il est vrai que je n’ai pas pris de vraies vacances depuis maintenant deux ans.

Une histoire de légitimité se mêle également à tout cela : ai-je vraiment le droit de gagner ma vie en faisant ce que j’adore? J’ai par exemple pensé à infiltrer un cartel de drogue mais finalement ça ne me fait pas vibrer soyons clairs.

Tout comme le monde de la nuit où l’on me surnommait Marius la reine des phallus, nous étions célèbres avec Claire la Panthère 😉

En fait je n’ai pas de réponses, je sais seulement que j’ai besoin d’être dans l’action, ne plus avoir autant de temps pour me poser des questions.

Je pense que rien n’arrive par hasard dans la vie et que si l’on y prête un peu attention des portes s’ouvrent, un portail serait mieux d’ailleurs comme ça je ne risque pas de le louper.
Et vous êtes-vous satisfait de votre vie professionnelle?

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s